Dernières recettes

Les 3 bières artisanales de Vancouver que vous devez essayer

Les 3 bières artisanales de Vancouver que vous devez essayer


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les meilleures bières de Vancouver

Tout comme son voisin nord-américain, le Canada a également une scène de bière artisanale en pleine croissance. De toutes les bières à essayer de Vancouver, nous avons sélectionné les meilleures bières artisanales de la ville :

Bière de ciel rouge, Brassage d'orage

La bière blonde de Storm Brewing est une sorte de légende parmi les amateurs de bière de Vancouver. Une fois que le maître brasseur James Walton a décidé d'arrêter de la brasser il y a quelques années, les amateurs de bière artisanale étaient désespérés pour le Bière revenir. Grâce au prochain de Vancouver Semaine de la bière artisanale, Walton et le directeur de la Vancouver Craft Beer Week, Graham With, ont recommencé à la brasser en collaboration. C'est une lager légère de style allemand qui peut convertir "les non-buveurs de bière en buveurs de bière artisanale", explique un brasseur artisanal. Être excité.

Noir belge, Lighthouse Brewing Co.

Une bière brune belge est rare à trouver, et une récompense quand elle est bien faite. La brasserie Lighthouse Brewery utilise la levure des bières belges et de grandes saveurs de torréfaction, de malts au caramel et de houblon. Qu'est-ce qui le rend spécial ? Des saveurs de sel de mer et de foin provenant de la levure, avec l'ajout de fruits noirs et de fumée en arrière-goût. C'est une bière à ne pas manquer.

Amer du côté est, Brasserie R&B

Nous aimons une bonne bière Extra Special Bitter (en particulier de son amie brasserie du sud, Redhook Brewery). Cette version (récemment mise en bouteille) du R&B est différente de la plupart des ESB ; les malts équilibrent une belle combinaison de houblon sud-ouest et nord-américain ajouté à la fin du processus de brassage.


Vous devez essayer ces bières sans alcool au goût délicieux. Pas vraiment.

Anciennement une punchline, la bière NA a subi une revitalisation spectaculaire du brassage artisanal. Le résultat est si satisfaisant que si vous en refusez un, la blague vous tombe dessus.

COMME FONDATION père du mouvement américain de la bière artisanale moderne, Garrett Oliver a tout expérimenté. Oliver est le maître brasseur de Brooklyn Brewery depuis 27 ans et il a supervisé les IPA, les bières brunes, les bières rouges, les bières de ferme, les bières à la citrouille, les bières d'hiver, les bières belges, les bières de session et même une bière sauvage américaine vieillie sur des griottes en barils de bourbon. Pourtant, jusqu'à il y a deux ans, il y avait un style de bière qu'il trouvait si répugnant et si offensant pour la bière qu'il ne penserait pas à la boire, et encore moins à la brasser lui-même. "Je n'avais aucun intérêt pour la bière sans alcool de la même manière que je n'ai aucun intérêt pour les gâteaux et biscuits sans sucre ou sans gras", explique Oliver.

Mais après que le PDG de Brooklyn, Eric Ottaway, ait observé la prévalence de la "bière proche" lors de voyages d'affaires en Europe, la société a commencé à envisager de payer pour des études de marché pour la première fois de son histoire. En 2018, un investissement à six chiffres a montré un potentiel encourageant et a incité Oliver à commencer le développement de la première bière NA de Brooklyn Brewery.

Le résultat a été Special Effects Hoppy Amber, qui a fait ses débuts en 2019 et est rapidement devenue la quatrième brasserie la plus populaire au monde dans un portefeuille d'environ 20 offres saisonnières et toute l'année. Avec des notes de thé noir et de pamplemousse piquant et un léger malt, Special Effects ressemble à de la bière, sent la bière et, bien sûr, le plus important a le goût de la bière. Oliver, toujours le showman, appelle l'ambre, et sa capacité à offrir la satisfaction et la saveur de la bière sans la charge calorique, un "miracle".

Ce miracle, qui est dû en partie au savoir-faire et en partie à l'évolution des techniques de brassage, signifie que Brooklyn fait partie d'un nombre croissant de brasseries, de la plus grande à la plus jeune, produisant de la bière sans alcool de haute qualité pour répondre à la demande croissante. En 2020, les ventes de bière NA ont augmenté de 38%, selon le cabinet de recherche IRI. Mais le marché, certes, est encore jeune.

La promesse est audacieuse : la bière, dans toute sa splendeur, avec moins de calories et sans conséquences du lendemain. C'est une fête à laquelle tout le monde est invité. La seule question est : est-ce que suffisamment de personnes se présenteront ?


Avalon/Taylor's Crossing (North Vancouver)

Ouvert à l'origine par le groupe Mark James en 2004 sous le nom d'Avalon Brewing, puis rebaptisé Taylor's Crossing Brew Pub peu de temps après, ce fut pendant longtemps la seule brasserie artisanale de la Côte-Nord. Certains brasseurs talentueux sont passés par Taylor's Crossing, notamment Iain Hill (Strange Fellows), Dave Varga (33 acres), Dominic Giraldes (Postmark) et Hamish McRae (The Parkside Brewery). La brasserie était également la maison d'origine de la Red Truck Beer, qui y a été produite à partir de 2005. Alors que la brasserie a fermé ses portes en 2011, Red Truck a continué à y être brassée jusqu'en 2015, date à laquelle sa brasserie actuelle à Vancouver a été ouverte. Aujourd'hui, l'espace abrite la brasserie Hearthstone, qui fait partie du groupe Springs (propriétaire de Mission Spring Brewing Co.)


Pourquoi bricoler ?

• De nombreux buveurs de bière pensent que la bière artisanale est faite d'ingrédients ésotériques et de saveurs complexes, mais la plupart des nouveaux arrivants parlent de « fraîcheur », qui peut être attribuée à un manque d'agents de conservation et de houblon, de malt et d'orge de qualité supérieure.

• Vous n'avez pas besoin d'aimer la bière pour boire de l'artisanat ! Les saveurs varient considérablement. "Ce n'est pas la bière de mon grand-père" c'est ce qu'on pourrait dire après avoir goûté Brasserie de la Montagne Côtière's Wild Cherry Sour ou Fernie Brewing Company's Java the Hut Coffee Milk stout.

• Un ou deux suffisent généralement. La bière artisanale est destinée à être savourée, c'est pourquoi les «vols» sont populaires si vous visitez en personne. Ce sont de minuscules dégustateurs dans des verres de 90 ml ou de trois onces qui permettent aux invités d'essayer quelques bières à la fois. Notez que de nombreuses bières artisanales sont assez « alcoolisées », comme on dit, avec des pourcentages d'alcool par volume (ABV) pouvant atteindre 10 %.

Vous devez le remettre à Fernie Brewing Company, c'est définitivement un média averti en matière de marketing. FBC exploite actuellement l'influence (sans parler des comptes Instagram) de huit accros à l'aventure de l'île de Vancouver à Vernon en passant par Canmore. Découvrez l'équipe FBC sur ferniebrewing.com. Les bières ici couvrent toute la gamme, du fruité Qu'est-ce que la Huck Huckleberry Ale au surélevé IPA belge Snowblind, une infusion non filtrée qui pèse près de huit pour cent d'alcool. Il y a bien plus à FBC que de bonnes vibrations et de la bonté houblonnée - cette brasserie à l'esprit communautaire a reversé plus de 150 000 $ à des œuvres caritatives locales depuis 2013. Sa salle de dégustation sera ouverte cet hiver, mais avec des groupes de moins de six personnes.

Nommé d'après le tristement célèbre juge pendu des années 1800, le mont. Brasserie Begbie est l'un des brasseurs artisanaux de la première vague de la Colombie-Britannique. Sa gamme est aussi stellaire que le ski à Revelstoke Mountain Resort à proximité. Les produits de la marque s'inspirent d'un lien étroit avec une vie de montagne aventureuse (le directeur marketing Darryl Shewchuk a déjà travaillé pour Island Lake Lodge et Mica Heli Skiing), et en est même devenu une spécialité. Cuisse Brûleur Pilsner pour commémorer le 10e anniversaire de la station. Visitez l'emplacement Revy et procurez-vous le pack de 12 mélangeurs Bundle of Joy, qui comprend trois Kolsch, IPA, Honey Lager et ta base Tall Timber Pale Ale.

Avant qu'il n'y ait Kicking Horse Mountain Resort, il y avait le domaine skiable de Whitetooth, le domaine de ski de Whitetooth, le favori de la ville, sans prétention. Ce nom survit à Golden avec le Whitetooth Brewing Co., situé dans un petit entrepôt génial à quelques pas du centre-ville. Son art de l'étiquette est l'un des meilleurs du secteur, tout comme les noms uniques qui creusent Blower Pow India Pale Ale et Enfiler l'aiguille Witbier (c'est l'allemand pour bière de blé). Vous pourriez même voir la déesse du télémark Paula Steinheber, la cinquantaine, tenir la cour !

Les slogans intelligents font autant partie du marketing de la bière que le nectar ambré lui-même. « Une bière honnête se fait des amis », comme l'a apparemment dit le fondateur John Molson. À Kimberley, Au fil du temps, la bière fonctionne promet une "bière honnête, modeste et travailleuse, plus qu'un peu au-dessus de la moyenne". Nous ne savons pas si Over Time fait référence à une période de hockey supplémentaire, à un quart de travail supplémentaire ou à une durée mesurée, cela pourrait signifier les trois. Quoi qu'il en soit, cela vaut la peine de consulter 48 avis cinq étoiles sur Google, vous ne pouvez pas vous tromper. Au fil du temps Ale Standard de Montagne est décrite comme sa plus «bière» des bières, ce qui signifie qu'elle sera probablement préférée par les amis qui lèvent les yeux au ciel lorsque vous commandez Kolsch ou Dunkel. Vérifiez votre prétention à la porte.

VOIR C.-B. À TRAVERS LES LUNETTES DE BIÈRE

Il faudra plus d'un road trip pour rendre visite aux près de 200 membres du AVANT JC. Guilde de la bière artisanale. Pour vous faciliter la tâche, son service marketing a créé 19 AVANT JC. Sentiers de bière, des itinéraires régionaux qui vous mènent à certaines des bières les plus savoureuses au monde, la plupart à l'ombre de magnifiques chaînes de montagnes. Son site Web divertissant présente la Colombie-Britannique. anecdotes sur la bière, culture, histoires et bonnes idées de voyage. L'enfer, qui se soucie s'il neige ou pas ?

Quant à la Powder Highway, c'est le meilleur du marketing touristique. Maintenant, il a même sa propre bière, car les brasseurs de pas moins de quatre brasseurs artisanaux de Kootenay (Fernie, Mt. Begbie, Nelson et Whitetooth) collaborent (ou co-laborent, comme l'appellent les hipsters) sur «une bière de style Dark Saison. qui comprend un mélange de sept malts de spécialité, de l'avoine nue, du malt fumé et du houblon européen.


5 bières à faible teneur en ABV à essayer dès maintenant

Nos rédacteurs recherchent, testent et recommandent indépendamment les meilleurs produits. Vous pouvez en savoir plus sur notre processus d'examen ici. Nous pouvons recevoir des commissions sur les achats effectués à partir de nos liens choisis.

Au cours de la dernière décennie, les demandes des buveurs de bière américains pour des saveurs toujours plus grandes et plus audacieuses ont poussé les IPA brumeuses et les stouts chargés de pâtisseries au bord, et souvent au-delà, des ABV à deux chiffres. Simultanément, le mouvement du bien-être a incité les brasseurs à explorer des options sans alcool, ce qui a permis au champ 0% ABV de fleurir avec une nouvelle variété et une nouvelle qualité.

Plus récemment, un nombre croissant de brasseurs ont tourné leur attention vers quelque chose qui fait la différence. La diminution des ABV, de l'ordre de 2 % à 4 %, s'avère une tendance croissante. Les gens boivent davantage depuis le début de la pandémie, mais ont toujours autant (sinon plus) de responsabilités quotidiennes à gérer, soulignant la nécessité d'équilibrer l'enthousiasme pour la bière et les efforts de modération.

«Je pense que lorsque la pandémie a commencé, beaucoup de gens ont apprécié de prendre une bière à 17 heures. comme moyen de passer du temps de travail à domicile au temps personnel à la maison », explique Pete Ternes, copropriétaire de la Middle Brow Beer Co. de Chicago, qui brasse presque exclusivement des bières ABV de 3 à 4,5% depuis cinq ans. la bière By Day de la brasserie n'atteint que 2% ABV. «Mais la tendance à boire sainement était déjà un vent arrière majeur lorsque COVID-19 a frappé. Combinez les deux tendances et les bières à 2% ABV ont tout leur sens. Comme le souligne Ternes, les bières à faible teneur en ABV permettent à un buveur de se faire plaisir de manière habituelle mais toujours plus saine.

Les brasseurs interprètent très bien la tendance, l'aidant à prendre de l'ampleur. Ils s'amusent à relever le défi d'obtenir de grandes saveurs sans gros alcool, selon l'écrivain et auteur de bière John Holl. «Après des années à pousser les ABV dans la stratosphère, ils vont dans cette direction différente et cherchent à apporter des nuances et de la profondeur à ces bières à faible teneur en alcool», dit-il.

Ternes est d'accord, en disant : « Il y a tellement d'intelligence dans le brassage de nos jours. Il est possible de produire une immense complexité dans la bière, qu'elle soit principalement dérivée de levure, de houblon ou de malt, avec un peu de lecture et de pratique supplémentaires.

Prenons l'exemple de la 2% Beer Initiative, un projet de Jack Hendler, copropriétaire et brasseur de Jack's Abby Craft Lagers et Springdale Beer Co. Hendler explore chaque composant de différents styles de bière pour reconstituer des itérations complexes et savoureuses avec des teneur en alcool plus faible. Faisant écho à Ternes, Hendler dit qu'il a vu la conversation dans l'industrie de la bière commencer sérieusement à prendre en compte l'intérêt croissant des consommateurs pour la santé. Les soi-disant « petites bières » sont une réponse à un changement global dans la culture de la consommation américaine.

Le fait que les brasseurs artisanaux relèvent ce défi et créent des bières de haute qualité complexes et intéressantes qui aident les buveurs à éviter la gueule de bois et se trouvent être faibles en calories (le nombre de calories diminue lorsque la teneur en alcool le fait) signale un âge d'or pour la petite bière. Dans cet esprit, voici cinq options remarquables pour commencer à explorer la tendance.


Bière à pied rampant dans l'East Van de Vancouver, la capitale canadienne de la bière artisanale

East Village, une partie renommée du quartier Hastings-Sunrise d'East Vancouver, abrite de nombreuses brasseries artisanales.

Doan's Craft Brewing a repris le petit espace laissé vacant par la brasserie artisanale de Powell Street lors de son déménagement.

Les bières de style allemand de Doan's Craft Brewing sont populaires.

Dans un pays qui a donné naissance à Labatt et Molson, il n'est pas surprenant que le brassage de la bière soit une chose. Surtout en occident. Parmi les nombreux brasseurs artisanaux de Vancouver, citons Bomber Brewing Co., fondée en 2014, qui propose des dégustations dans sa brasserie de la rue Adanac. (Soit dit en passant, l'âge de la consommation d'alcool est de 19 ans en Colombie-Britannique, de 18 ans dans l'Alberta voisine.)

Choqlette Porter de Bomber Brewing.

Il y a encore une atmosphère grungy et semi-industrielle dans de nombreuses parties d'East Vancouver.

Powell Street Craft Brewery est un favori avec les noix de la bière locale.

Callister Brewing abrite quatre nano-brasseries différentes et propose une sélection de bières en fût de style britannique. Les collations de pub Callister's font écho à un thème commun dans de nombreuses microbrasseries d'East Vancouver.

Nigel Springthorpe, copropriétaire de la Brassneck Brewery, a contribué à attiser les flammes de la célèbre scène de la bière artisanale de Vancouver.

Les robinets de tirage à gogo à l'intérieur de la salle de dégustation populaire de Parallel 49.

C'était un après-midi pluvieux dans la région d'East Vancouver, et je buvais une bière aussi sombre que le ciel chargé d'orage. La Nut Brown Ale de Off the Rail Brewing glissait plus vite que la condensation sur une fenêtre glacée.

Ce n'était pas la seule salle de dégustation à East Vancouver qui valait la peine de braver la tempête. Avec environ 20 microbrasseries – dont beaucoup ont moins de 5 ans – Vancouver, la plus grande ville de la Colombie-Britannique est sans doute la capitale de la bière artisanale au Canada. Et c'est ce quartier de brasserie d'East Van ("Yeast Van" pour les locaux) qui offre bon nombre des meilleurs producteurs dignes d'un toast.

Au moins une demi-douzaine d'anciens bâtiments industriels, rayonnant de son épine dorsale animée d'East Hastings Street, ont été reconvertis en microbrasseries, et d'autres devraient être prévus en 2016. La plupart proposent des salles de dégustation qui servent également de mini-bars de quartier. Et parce qu'ils ne sont qu'à quelques pâtés de maisons, l'exploration de la bière à pied ne pourrait pas être plus facile.

Off the Rail, sur la rue Adanac, est le point de départ pour plusieurs. "Ce sont toutes des bières que j'aime, sinon nous ne les fabriquerions pas", a déclaré le brasseur Steve Forsyth lorsque je me suis glissé vers le bar. Forsyth, l'ancien propriétaire du pub bien-aimé Railway Club de Vancouver, a ouvert Off the Rail au début de cette année.

Le tableau offrait sept bières régulières et huit saisonniers en petits lots. Après quelques dégustations enthousiastes - une bière blonde indienne aux agrumes et un amer extra spécial bien malté - la soyeuse Nut Brown a remporté ma commande.

Dans un pays qui a donné naissance à Labatt et Molson, il n'est pas surprenant que le brassage de la bière soit une chose. Surtout en occident. Parmi les nombreux brasseurs artisanaux de Vancouver, citons Bomber Brewing Co., fondée en 2014, qui propose des dégustations dans sa brasserie de la rue Adanac. (Soit dit en passant, l'âge de la consommation d'alcool est de 19 ans en Colombie-Britannique, de 18 ans dans l'Alberta voisine.)

De retour à l'extérieur, j'ai traversé la rue en courant jusqu'à Bomber Brewing – Choqlette Porter et deux étagères de jeux de société en font un trou de boulon confortable – avant de marcher à toute allure vers le nord jusqu'à Callister Brewing.

Callister, qui a ouvert ses portes en août, est une opération inhabituelle. Il partage ses installations avec trois autres nano-brasseries et son menu en constante évolution - deux nouvelles bières ont été ajoutées pendant que j'étais au comptoir - invitait à des dégustations aventureuses.

J'ai essayé une bière blonde indienne de Machine Ales avec un coup de houblon au pamplemousse ainsi que deux bières en fût de style anglais de Real Cask Brewing - Inky Blinky Stout recommandée.

Des salles de dégustation comme celles-ci contribuent à revitaliser cette zone traditionnellement cols bleus et rude sur les bords d'East Van. Bien que l'arrivée de magasins et de restaurants branchés ait alimenté les débats sur la gentrification, il y a peu d'arguments contre la nouvelle scène de la bière améliorée.

Powell Street Craft Brewery est un favori avec les noix de la bière locale.

Les progrès sont illustrés par la Powell Street Craft Brewery, qui a ouvert ses portes dans une vitrine à pignon à la fin de 2012. En quelques mois, sa Old Jalopy Pale Ale a remporté le prix de la bière de l'année aux Canadian Brewing Awards.

Pour répondre à la demande, il a déménagé dans des locaux plus grands à proximité, son ancien espace revendiqué par Doan's Craft Brewing. Doan's a également bien commencé : son American Rye Stout a remporté un British Columbia Beer Award 2015.

Amarillo Sour et Dive Bomb Porter de Powell Street ont chatouillé mes papilles gustatives, mais le temps sombre et chargé de malheur appelait quelque chose de plus fortifiant.

La Dunkelweizen veloutée, comme un pudding de Noël liquide rempli de fruits secs, a été sacrée bière gagnante du jour. Mais comme une grêle frappait avec insistance aux fenêtres, rester une dernière fois semblait être une bonne idée. Faites-en deux.

Comment la scène de la bière artisanale d'East Vancouver est passée de mort à florissante

Les savoureuses microbrasseries d'East Vancouver ne seraient pas là sans la soif insatiable de la ville pour la bière artisanale, mais ce n'était pas toujours le cas. Je suis arrivé en tant qu'émigrant britannique en 1999 et j'ai trouvé peu de producteurs locaux et presque rien qui vaille la peine d'être bu. Les Vancouverois semblaient heureux de boire des bières banales.

Cela a lentement changé après que Nigel Springthorpe a repris le bar Alibi Room en 2006 dans le quartier historique de Gastown, transformant le menu en une corne d'abondance de bonnes bières de la Colombie-Britannique et du nord-ouest du Pacifique.

L'Alibi a contribué à déclencher un raz-de-marée de nouveaux bars axés sur l'artisanat – et, finalement, une série de microbrasseries fraîches en ville. L'un d'eux a été ouvert par Springthorpe en 2013.

L'Alibi reste populaire, mais Brassneck Brewery est un incontournable pour les noix de bière sérieuses. C'est dans une unité industrielle reconvertie sur la rue Main, au cœur du quartier Mount Pleasant, l'autre quartier brassicole de la ville, non loin des producteurs 33 Acres Brewing et Main Street Brewing.

Je suis revenu à Brassneck récemment, où j'ai trouvé une salle de dégustation chauffée par le chat, bordée de bois récupéré et de tables surmontées de verres à bière à vidange rapide. Alors que je me glissais sur un tabouret, j'aperçus la brasserie à travers des trous stratégiquement placés dans les murs.

J'ai dégusté une lager de maïs de style pré-prohibition No Brainer croustillante et une bière blonde Piney One Trick Pony India (tous deux gagnants de la première place aux British Columbia Beer Awards 2015) avant de passer à une Passive Aggressive Dry Hopped Pale Ale qui fait claquer les lèvres. La scène de la bière de Vancouver a parcouru un long chemin depuis que j'ai déménagé ici - et il n'y a pas de retour en arrière.

Hastings-Sunrise dans le quartier des brasseries d'East Vancouver n'est plus réservé aux mamans et aux papas

Le tronçon très fréquenté de la rue East Hastings qui traverse le quartier des brasseries d'East Vancouver est connu depuis longtemps sous le surnom de sous-district Hastings-Sunrise. Ces dernières années, les laveries automatiques et les restaurants familiaux de ce quartier de cols bleus ont été rejoints par de nouveaux magasins et restaurants sympas.

Une association d'affaires pleine d'espoir a rebaptisé une section de Hastings-Sunrise en East Village et présente cette «nouvelle» zone aux habitants et aux visiteurs. Le changement de nom n'a pas été universellement populaire, mais à quel point Hastings-Sunrise a-t-il transformé ?

« Quand j'ai ouvert il y a trois ans, il y avait quelques personnes qui passaient chaque jour. Cela a totalement changé », a déclaré Stéphanie Menard, propriétaire de Tiny Finery, spécialisée dans les bijoux et les créations astucieuses de 25 artistes locaux. Elle espère que la région prospère sans perdre son caractère.

Ben Tryon, qui travaille au What's Up? Dîner de hot-dogs, d'accord. Avec des affiches punk, des flippers et des chiens irrésistibles (version macaroni au fromage recommandée), l'entreprise a gagné un public local fidèle depuis son ouverture en avril.

"Je déteste le mot" gentrification "", a déclaré Tryon. « L’idéal est d’être une nouvelle entreprise qui ne change pas le quartier. »

Certaines des meilleures vitrines d'East Village ne sont même pas nouvelles. Dayton Boots, signée au néon, fabrique des chaussures à la main (Johnny Depp en possède une paire) depuis 1946. Ses produits sont convoités par tous les âges, ce qui est également le cas dans le magasin de fil Baaad Anna à proximité.

Ce kaléidoscope de couleurs de plain-pied est composé de jeunes fans de tricot et a une clientèle de personnes dans la vingtaine et plus. Le mercredi soir, les deux groupes s'associent pour comparer des projets et échanger des astuces.

C'est une fusion multigénérationnelle illustrée au East Cafe en bas de la rue. Les tables vintage et les MacBook Airs ont suggéré un café typiquement hipster. Mais lors de ma visite, la moitié des clients étaient des seniors bavards. Le nom d'East Village peut encore s'imposer, mais les Hastings-Sunrisers ne vont nulle part de sitôt.

Les robinets de tirage à gogo à l'intérieur de la salle de dégustation populaire de Parallel 49.

Un guide pratique de bar-ramping pour East Vancouver

À partir de la rue Adanac, voici un pack de six brasseries d'East Vancouver, dans un ordre pratique de rampement des bars. La plupart sont ouverts tous les jours, consultez les sites Web individuels pendant des heures.

Brasserie hors des rails : Un nouveau favori, mais déjà ferme. Montez à l'étage dans la salle de dégustation et prenez un tabouret au bar pour tout essayer, de la Crazy Train IPA à la Derailer Pale Ale. Besoin d'un peu de nourriture non liquide? Frappez les saucisses séchées dans le coin.

Brasserie de bombardiers : L'amer extra-spécial et le Märzen à l'allemande sont des best-sellers dans ce repaire populaire sans fenêtre. Il y a toujours quelque chose d'intrigant sur le plateau saisonnier, y compris Old Fat Heater Winter Ale. Des visites de la brasserie sont disponibles.

Brasserie Callister: Cette opération de quatre brasseries sert une liste en constante évolution de bières intrigantes. Idéal pour l'échantillonnage aventureux. Ne manquez pas les bières en fûts uniquement - et assurez-vous de jeter un coup d'œil à la zone animée de la brasserie lorsque vous vous dirigez vers les toilettes.

Brasserie artisanale de Powell Street : Lancé par l'ancien brasseur maison David Bowkett, qui a abandonné son travail de jour lorsqu'il s'est rendu compte qu'il passait chaque heure d'éveil à faire de l'alcool. Il y a généralement une bière aigre ou deux qui se cachent au menu.

Brasserie artisanale de Doan : Doan's a fait des vagues avec ses bières de style allemand. Vérifiez également ses événements, y compris les soirées Lego régulières, dans une petite salle de dégustation accueillante avec de l'art local de qualité galerie et une machine de jeu vidéo vintage.

Brassage parallèle 49 : Les rois de la marque de la scène de la bière artisanale de Vancouver, d'où les étiquettes caricaturales sur les bières populaires telles que Gypsy Tears Ruby Ale et Ugly Sweater Milk Stout. La salle de dégustation est la plus grande et la plus fréquentée d'East Vancouver. L'ambiance de style pub de quartier aide, tout comme les heures d'ouverture plus longues que d'habitude.


Les 5 meilleures façons pour un nano-brasseur de se lancer dans le contrôle de la qualité

Toutes les photos et images sont une gracieuseté de l'auteur Amy Todd

Démarrer un programme de qualité peut être écrasant. Il y a tellement de directions différentes dans lesquelles vous pouvez aller, et puis il y a la formation et le coût de l'équipement. Il est déjà assez difficile d'ouvrir une brasserie, et encore moins de créer un laboratoire. Heureusement, commencer ne doit pas être coûteux ou compliqué. Voici les cinq principales choses qu'un nano-brasseur peut faire pour se lancer dans le contrôle et l'assurance qualité.

1. Organisez la paperasse et utilisez les codes de lot

Commencez par organiser tous vos papiers. Notez tout sur vos enregistrements de lots, utilisez un logiciel de brassage ou Googledocs pour tout garder ensemble. Notez la température de la purée, le pH, les lectures de gravité, quand vous avez ajouté quoi et combien. Si vous vous écartez de votre plan pour une raison quelconque, notez ce qui s'est réellement passé et pourquoi vous avez fait le changement. Prenez des notes lorsque vous essayez quelque chose de nouveau. Le dépannage sera plus facile si toutes ces informations sont organisées et faciles à lire.

Incluez les numéros de lot de tous vos ingrédients. Si votre fournisseur lance un rappel, vous voudrez savoir dans quel lot ces ingrédients sont entrés. Ayez un identifiant de lot unique pour chacune de vos bières. Assurez-vous d'inclure un code de date et un numéro de lot sur vos emballages, y compris les fûts. Si vous devez faire un rappel, vous n'aurez pas à tout rappeler, juste un seul lot.

2. Nombre de cellules

Le comptage des cellules et les tests de viabilité sont l'une des meilleures choses que vous puissiez faire pour améliorer la cohérence et la qualité de vos bières. Vous pouvez obtenir tout ce dont vous avez besoin pour compter les cellules pour moins de 500 $. Pour compter les cellules, faites une dilution au 1:100 de votre suspension de levure et mettez une goutte sur un hémocytomètre une lame spécialement conçue avec une chambre et une grille de comptage. Vous comptez ensuite le nombre de cellules sur votre lame et calculez le nombre de cellules de levure dans 1 ml de suspension de levure. Vous pouvez ensuite calculer la quantité de levure que vous devez mettre dans votre lot principal en fonction du volume, du type de bière et de la gravité de départ.

Effectuer des comptages cellulaires et ajuster la quantité de levure que vous utilisez en fonction des résultats est l'une des meilleures choses que vous puissiez faire pour améliorer la qualité et la consistance de vos bières. Lorsque vous n'ajoutez pas assez de levure, ils sont stressés et surmenés. Cela peut entraîner des saveurs désagréables et des fermentations incohérentes. L'ajout de trop de levure peut également entraîner un mauvais goût et affecter vos taux de fermentation.

3. Sensoriel

Démarrez un panel sensoriel. Faites participer tout le monde et commencez par goûter et sentir vos bières ainsi que les ingrédients. Procurez-vous des kits d'ajout de saveurs et entraînez-vous aux saveurs différentes. Proposez des descriptions fidèles à la marque pour toutes vos bières. Un panneau sensoriel vous aidera à identifier les saveurs, à résoudre les problèmes dans la salle de brassage et à vous assurer que vos bières ont le goût qu'elles sont censées avoir.

4. Suivi du pH et de la gravité

Assurez-vous que vos hydromètres sont calibrés et tracez un graphique de vos lectures de gravité quotidiennes. Chaque lot doit suivre une courbe de fermentation cohérente pour cette bière. Cela peut être la première étape pour identifier un processus qui pourrait être amélioré. Voyez comment la fermentation se compare à la dernière fois que vous avez fait cette bière, et si vous devez apporter des modifications la prochaine fois pour la rendre plus cohérente.

Pendant que vous prenez des mesures de gravité, prenez également une lecture de pH. Le pH doit également suivre une courbe constante tout au long de la fermentation. Un pH inférieur à la normale peut être un indicateur d'un problème dans la brasserie.

5. Tests extérieurs

Faites tester l'ABV, la couleur, les IBU, la gravité finale et initiale au moins une fois par un laboratoire extérieur afin de savoir où se situe réellement votre bière par rapport à vos calculs et lectures de gravité. Revérifiez sur une base trimestrielle ou annuelle pour vous assurer que vous brassez de manière cohérente. Plus vous disposez de données, plus il est facile de rechercher des tendances.

Que vous débutiez ou que vous soyez dans le jeu depuis des années, c'est le moment idéal pour vous concentrer sur la qualité. Commencez par ces étapes simples et vous aurez un impact énorme sur la qualité et la cohérence de vos bières. Pour une lecture plus approfondie sur le démarrage d'un programme de contrôle de la qualité, visitez ici.


Si vous êtes un amateur de bière artisanale, vous adorerez ce service qui vous permet d'essayer de nouvelles bières de petites brasseries

Vous ne manquerez plus jamais une nouvelle bière délicieuse.

L'évolution de la bière artisanale au cours de la dernière décennie a conduit de plus en plus de gens à apprécier la bonne bière, et plus de bonne bière est disponible à peu près partout où vous allez. Il y a de fortes chances qu'il y ait probablement une brasserie artisanale (ou dix) juste un saut, un saut et un saut de l'endroit où vous vivez. Mais une fois que vous avez essayé toutes vos bières locales, qu'est-ce qu'un amateur de bière doit faire ?

Les brasseries artisanales indépendantes, de par leur nature même, sont petites. Cela signifie souvent qu'ils n'ont pas l'argent ou la capacité de distribuer leurs bières au-delà de leur région d'origine. La région de Seattle&# x2014, une plaque tournante à la fois du brassage et de l'innovation technologique, c'est là que l'amateur de bière Philip Vaughn a fondé le premier club de bière artisanale du genre. L'application Tavour se consacre à l'approvisionnement et au partage des bières des meilleures brasseries indépendantes de tout le pays. Mais contrairement au club traditionnel de la "bière du mois" où les membres n'ont pas leur mot à dire sur ce qu'ils reçoivent à chaque livraison, Tavour permet d'essayer très facilement quelque chose de nouveau chaque jour de la semaine grâce à une application qui propose deux bières par jour, ainsi que des photos et notes de dégustation.

Grâce à l'application Tavour, vous pouvez acheter les bières qui vous intriguent et ignorer celles qui ne suscitent pas la joie. Ensuite, à tout moment, vous pouvez choisir de vous faire expédier votre collection de bières pour un montant forfaitaire. Cet été, nous avons eu la chance d'essayer des bières exclusives, notamment Anadrome Black Sour avec Marionberries d'Anchorage Brewing Company en Alaska Mint Chocolate Chip stout de Braxton Brewing Company dans le Kentucky et le crémeux et citronné High on Sunshine Milkshake IPA de Woodland Empire au centre-ville de Boise, Idaho . (Avez-vous soif maintenant?)

Et si vous n'êtes pas un passionné de bière artisanale inconditionnelle ? Essayez une toute nouvelle boîte d'abonnement de Tavour. Vous choisissez un style de bière que vous aimez et une fréquence de livraison, et leurs experts en bière vous envoient une collection spécialement organisée des meilleures bières de tout le pays pour que vous éduquiez votre palais. Ou, vous pouvez offrir à l'amateur de bière de votre vie un coffret cadeau de bières spécialement sélectionnées et adaptées à leurs goûts, avec une collection de stouts, sour, IPA ou une combinaison de styles.


Le guide ultime de la bière artisanale au Nouveau-Mexique

UN DE MES PREMIERS EMPLOISਊprès l'université, c'était dans une brasserie. J'étais un simple “runner”—le gars qui livrait de la nourriture aux tables. Mais après chaque quart de travail, je m'asseyais avec des brasseurs et des habitués et je prenais une pinte de quelque chose de délicieux juste à l'arrière. Les brasseurs ressemblaient tous à des bûcherons&# x2014principalement de grands hommes avec des barbes touffues et des flanelles. Ils étaient alors comme des dieux pour moi. Ils nous ont parlé de leur science et de leurs nouvelles bières. C'était comme un club.

C'était en 2008, lorsque les États-Unis comptaient environ 1 500 brasseries artisanales. Nous en avons maintenant 7 500. Au Nouveau-Mexique, le nombre a plus que doublé au cours des six dernières années, à 88. Le résultat ? La bière est bien meilleure maintenant.

Ce n'est pas seulement plus accessible, c'est aussi plus amusant. Il y a dix ans, à peu près toutes les brasseries fabriquaient une lager, une pale ale, une IPA et un stout à peu près tout. Il n'y avait même pas beaucoup de variation au sein de ces catégories. Maintenant, les limites de la bière ont explosé. Nous avons des sour, des hazies, des goses, des Bretts, des sans gluten, des saisons, des IPA bruts, de la bière kombucha et des fruits et épices poussant le spectre des saveurs et des profils de couleurs. Le Grande fête de la bière américaine a ajouté quelque 25 catégories au cours des 10 dernières années. Il n'y a jamais eu de meilleur moment pour être un buveur de bière, et de plus en plus de gens boivent de la bière pour cette raison.

Bien sûr, la bière artisanale est bien plus que du malt et du houblon. Il ne s'agit pas non plus d'élitisme ou d'un bon buzz. La bière artisanale est communautaire. En achetant des bières locales, vous soutenez vos voisins et l'économie de la région, et créez un espace sûr pour que les gens se rassemblent et partagent. C'est une activité aussi ancienne que la civilisation et essentielle à l'humanité. Alors allez-y : asseyez-vous, dites bonjour et commandez une pinte.

All In IPA de la Brasserie La Cumbre. Photographie reproduite avec l'aimable autorisation de La Cumbre Brewing.

Les artistes de la bière défient le statu quo

Cory Campbell&# x2019s canvas est l'étiquette autocollante de 4,8 par 8 pouces sur la brasserie La Cumbre&# x2019s canettes de pinte de saison.

COMMENCÉ EN 2010ꃞ Jeff Erway, Brasserie La Cumbre s'est imposé comme le membre créatif et original de la scène de la bière d'Albuquerque&# x2019. Cela et le leader local de la tendance IPA brumeuse - les bombes de saveur juteuses et houblonnées qui sont le dernier engouement. ꃎs deux concepts se sont réunis dans leur récente série Single Double, dans laquelle ils ont produit trois IPA à un seul saut et à double brume, appelées Big Door Prize, In the Money et Luck of the Draw. Le quatrième, All In, combinait les houblons utilisés dans les trois. La bière était délicieuse. Mais c'est l'art fantasque et ludique sur les canettes qui a d'abord attiré mon attention. C'est Cory Campbell, un artiste élevé à Albuquerque qui est le directeur créatif de la brasserie. Sa mission ? Distinguer la marque à travers l'art.

Je pense que les artistes sont les créateurs de goût dans une société. C'est toujours une bonne idée de les avoir à vos côtés.

Comme avec n'importe quoi, nous avons dû apprendre à faire des voiles. Nous avons collaboré avec Modern Times [la brasserie de San Diego qui est un leader national des canettes et des brumes créatives] en 2017. Elle n'a été publiée qu'ici. Quatre-vingts caisses ont été vendues en une heure. C'était juste comme, “Od'accord, c'est quelque chose que nous devons faire.” Nous avons beaucoup appris de cela.

Les temps modernes a les canettes les plus cool. Je les admire vraiment. C'est la puissance de leur design et de leur image de marque. Vous pouvez regarder une canette et dire : « Je sais que c'est une bière des temps modernes », et c'est donc ce que nous essayons de faire en embrassant la bizarrerie de notre brasserie et de notre personnel et, espérons-le. vous pouvez regarder notre canette et dire, "Cette bière a l'air géniale, c'est probablement une La Cumbre."

Nous n'avons jamais simplement adopté l'approche standard à quoi devrait ressembler une canette. Il devrait y avoir votre logo ici et le style ici, ce qui a été préjudiciable et vraiment, vraiment génial. Il est tellement plus facile de commercialiser une bière simple, simple et propre, mais adopter cette bizarrerie et cette créativité est ce que nous avons dû apprendre à faire au fil des ans.

Je suis un artiste amateur. Pendant mon temps libre, je peins. Je fais de la peinture en plein air&# x2014, j'installe le chevalet à l'extérieur, je porte un chapeau de soleil. C'est stupide mais amusant.

en fait je m'inspire beaucoup du monde des beaux-arts.

J'aime beaucoup Monty Singer. Il&# x2019s un génial peintre de plein air. Chaque fois que je vois des gens comme ça, Emily Lee est une autre peintre de plein air, je pense que c'est quelque chose que j'aspire à faire. Pas de règles—, faites-le.

La bière a toujours été importante en société. Si vous croyez certains historiens, ils diront que la seule raison pour laquelle nous avons une société est à cause de la bière. Nous avons en quelque sorte perdu cela pendant un certain temps, et maintenant c'est de retour en force. Il y a une brasserie à chaque coin de rue, et c'était le cas auparavant. Les pubs étaient les lieux de rencontre. La Révolution américaine a commencé dans un pub. Je pense qu'ils sont revenus et ont repris ce rôle parce que la fréquentation de l'église est en baisse, plus personne ne rejoint le Kiwanis Club, personne n'est un Shriner, donc ces lieux de rencontre traditionnels ne sont pas vraiment là. Et si vous venez ici un vendredi soir, ce sont des hommes d'affaires après le travail qui prennent une bière et des familles avec des enfants qui courent partout et ce sont des gars célibataires qui essaient de draguer les filles au bar. It’s this hub, this meeting place, and I believe that’s why these breweries and the whole brewpub revolution happened�use people needed a meeting place and we just happened to be there to fill that void. It’s a basic human need to feel like you belong in a place. It’s Acclamations, droite? And we totally have regulars who come in and it’s like “Norm!” It’s a sense of community that each one of our brewpubs has cultivated.

Beer Map

New Mexico has 88 breweries with 111 taprooms. At least 16 more are on the way.

    , Aztec
  1. 1933 Brewing, Rio Rancho (Note: This business has closed since the story was originally published.) (no taproom location distribution throughout New Mexico) , Cedar Crest , Albuquerque, , Los Alamos , Santa Fe , Albuquerque , Roswell , Cimarrón
  2. Blue Corn Café, Santa Fe (Note: This business has closed since the story was originally published.) , Embudo , Española , Albuquerque, Downtown , Albuquerque, NE Heights , Albuquerque , Lincoln , Albuquerque, Nob Hill , Bernalillo , Las Cruces , Albuquerque , Albuquerque , Corrales , Rio Rancho , Albuquerque, Green Jeans , Albuquerque, Uptown , Mosquero , Albuquerque, Aztec NE , Albuquerque, Tramway , Albuquerque , Corrales , Santa Fe
  3. Chili Line Brewing, Lamy (Note: This business has closed since the story was originally published.) , Cloudcroft , Ratón , Eagle Nest , Albuquerque , Albuquerque , Albuquerque , Lovington , Grants , Angel Fire , Taos , Corrales , Albuquerque , Carlsbad , Albuquerque , Las Cruces , Santa Fe
  4. Hops Brewery, Albuquerque, Nob Hill (Note: This business has closed since the story was originally published.) , Los Ranchos de Albuquerque
  5. Hopscotch Brewing, Artesia (Note: This business has closed since the story was originally published.) , Belén , Las Cruces , Bernalillo , Albuquerque , Albuquerque, Girard , Albuquerque, West Side , Albuquerque , Rio Rancho , Albuquerque , Santa Fe , Las Cruces , Silver City , Albuquerque , Ruidoso Downs , Albuquerque, Downtown , Albuquerque, NE Heights , Albuquerque, West Side , Carlsbad
  6. Nexus Brewery, Albuquerque, Broadway (Note: This business has closed since the story was originally published.)
  7. Nexus Brewery, Albuquerque, Coors (Note: This business has closed since the story was originally published.) , Albuquerque, Pan American , Albuquerque , Las Cruces , Las Cruces , Albuquerque , Albuquerque , Albuquerque, Gold , Albuquerque, Candelaria , Red River , Albuquerque , Portales , Grants , Santa Fe , Santa Fe, I-25 , Santa Fe, Galisteo , Jemez Springs , Santa Fe, 2nd , Santa Fe, Railyard , Santa Fe, Rufina , Albuquerque , Moriarty , Las Cruces , Albuquerque , Los Ranchos de Albuquerque , El Prado , Taos , Ojo Caliente , Albuquerque
  8. The Blue Grasshopper Brew Pub, Albuquerque (Note: This business has closed since the story was originally published.)
  9. The Blue Grasshopper Brew Pub, Rio Rancho (Note: This business has closed since the story was originally published.) , Farmington , Albuquerque , Albuquerque, Wells Park , Albuquerque, Four Hills , Albuquerque, West Side , Truth or Consequences , Santa Fe, Bisbee , Santa Fe, Agua Fria , Rio Rancho , Artesia 


Red River Brewing offer tasty brews at their Red River taproom.

Hopped Up

Native New Mexican hops, called neomexicanus, are coming to a brewery near you.

ON A SMALL FARM in the town of Los Ranchos de Albuquerque, a wet year has led to an early emergence of one of New Mexico’s newest crops. Everywhere I look, hop vines creep up on string trellises, their narrow, lobed leaves unfurling. The hop flowers, green and aromatic and bursting with the flavors that give beers their bitterness and IPAs their piney scent, have not yet bloomed, but farmer Tom Brewer expects a bumper harvest this year. He leans over and lifts the leaves of one of the plants. “This a neo,” he says. “You can usually tell by the five lobed leaves. They’re very happy this year.”

Le Humulus lupulus var. néomexicanus subspecies of hops has always grown wild in the American Southwest, but it wasn’t suitable for beer-making in its natural state. In the 1990s, New Mexico herb forager Todd Bates selectively bred the néomexicanus into a family of brewing-hop varieties with names like Multihead, Neo1, Willow Creek, and Amalia�h with a unique flavor profile.

It took a few decades, but these New Mexico𠄼ultivated hops are seeping into the mainstream craft beer movement. En 2014, Sierra Nevada Brewing, a California company, released Harvest Wild Hop IPA, the very first commercial brew to feature a variety of néomexicanus. Brewers across the country took note, and two New Mexico companies, Santa Fe Brewing and Abbey Brewing, began farming the hops for their beers.

In 2016, Brewer, a military veteran and former Intel employee, found himself at a crossroads. “I was going through some life changes. Retired from the military, got a divorce, and my kids were grown up and out of the house,” he tells me over a pint at a bar near his farm. “I’ve always liked growing things, and I’m a craft beer fan.” Although he had no experience as a commercial farmer, hops seemed like a natural fit, and, unlike Santa Fe and Abbey brewing companies, he saw an opportunity to farm the crop as a venture unto itself.

Tom Brewer focuses on hops at his small farm in Los Ranchos de Albuquerque.

“It turned out that there were three or four other farmers in New Mexico that were looking into hops at the same time,” Brewer says. He linked up with them, and they worked to get their nascent industry off the ground. The result was a sudden flowering of hop farms, including Brewer’s Red Hat Hops, Cerrillos’ Crossed Sabers Hop, Pecos’ Sherrog Hops, Alcones’ White Crow Hops, and Belen’s Stone Lizard Hops, as well as the New Mexico Hops Growers Association, of which Brewer is president.

“We help each other, share information,” Brewer says. “There’s no competition.”

Brewer says it takes hops about three years to become established as a viable crop. With luck, 2019’s harvest might become widely available to both commercial and home brewers.

Bob Haggerty, head brewer at Steel Bender Brewyard, also in Los Ranchos de Albuquerque, is one of the local beer makers who’s excited at what this year’s crops may bring. “I hope to be using some néomexicanus by August,” he says.

Haggerty has already experimented with néomexicanus hops, some of which came from Brewer’s farm. Last autumn, he used fresh Multihead in Steel Bender’s signature New Mexico Lager. “I thought that the Multihead was the most interesting I’ve ever smelled,” he says. “It smelled like breaking into a fresh, ripe melon. Straight-up honeydew. Sweet and fruity.” Customers seemed just as excited: The lager made with the Multihead was gone within a day.

That instant demand was fortuitous, Brewer says, because, as of now, the infant New Mexico hop farms don’t have the means to preserve the hops they grow. While growers await the development of infrastructure that will let them pelletize for years of storage, brewers interested in their crops have to use the whole hop flower, fresh off the vine.

The upside, says Haggerty, is that “whole-flower hops have the benefit of not being crushed or manipulated in any way, so you have all the flavor. The downfall is that a bale of fresh hops starts degrading as soon as it’s picked.”

For now, that means that New Mexico–grown néomexicanus will be a strictly seasonal treat, available soon after harvest at local breweries for a limited time in late autumn. Haggerty recognizes this as a necessary stage of growth for the industry. “They’re doing everything they can to get a product that brewers can use,” he says. “If brewers are willing to spend a few extra bucks on locally grown ingredients, we can start boosting up the producers of these ingredients and get a cottage industry here.”

He intends to be a part of that shift. “We need some more little fish to start growing,” Haggerty says. “I’ll use every New Mexico–grown hop I can get my hands on.”

Try the Shivering Scotsman for a malty, lightly smoked Scottish ale from Icebox Brewery in Las Cruces. Photograph courtesy of Icebox Brewery. 

The New Guys

New Mexico craft beer is still growing.

ONE OF THESE YEARS, New Mexico is going to finally reach its limit of craft breweries. That year wasn’t 2018, and it won’t be 2019, either. Even so, we have more than seven dozen breweries in operation, ranging from Three Rivers, in Farmington, to Drylands, in Lovington, and from Little Toad Creek, in Silver City, to Colfax Ale Cellar, in Ratón. The middle of the state boasts 40-plus breweries in the Albuquerque–Santa Fe corridor.

Some operate as tiny one-barrel brewhouses, whereas Santa Fe Brewing churns out 30,000 barrels of beer a year. Big or small, rural or urban, craft brewing is a booming business in New Mexico. Here are just a few of the breweries opened in the past year, or opening this year, that cry out for a visit.

Brew Lab 101, Rio Rancho

Why you should go: By the time you read this, the newest Rio Rancho brewery might be open. There in the former House of Football (just west of Turtle Mountain Brewing), owner/brewer Scott Salvas aims to celebrate the history and science of beer, providing a unique educational setting for patrons. There will be a kids’ area for all the families who inhabit the west side, plus a patio out front to watch the sunset reflecting off the Sand໚s. Befitting any good lab, it will have a few regular beers and ciders on tap, plus a rotating lineup of experimental styles.

Beer to try: Too soon to say.

Cantero Brewing, Albuqeruque

Why you should go: Cantero has found its niche in the downtown brewery district, thanks to its full kitchen and some fun, inventive beers. Operating off a 10-barrel brewhouse for its year-round lineup, as well as a smaller one-barrel system, Cantero can keep the regulars happy while also crafting some truly off-the-wall styles. The bright, spacious interior is a welcome break from the darker industrial vibe in the area. The menu, a mix of American and New Mexican dishes, incorporates some of the beer styles into the recipes. A small stage area hosts mainly acoustic musicians, comedians, and other entertainers on the weekends.

Beer to try: Deaf Dog Brown, a creamy ale with chocolate hints. Also check out whatever is on offer from the rotating beers out of the small experimental-batch brewhouse.

Cloudcroft Brewing, Cloudcroft

Why you should go: Another excellent place to beat the heat, Cloudcroft Brewing has the look and feel of a classic mountain lodge, with a modern beer lineup. Huge logs make up the building’s frames and posts, while massive rock walls keep out the summer heat as well as the winter cold. Grab a slice of wood-fired pizza and take a seat at the lengthy bar or at a table near the windows. On pleasant days, bands occupy the sizable covered outdoor stage. Open since June 2018, Cloudcroft Brewing has a beer menu similar to what you would find in Las Cruces Texas tourists flock here, too. Enjoy a sessionable pint or two while you listen to wind blow through the pine trees outside.

Beer to try: Dark Irish Red, a blood-red malt bomb likely to conjure tales of Vikings vs. Celts from Amon Amarth’s legendary album With Oden on Our Side. It’s also, um, really tasty.

Differential Brewing, Albuquerque

Why you should go: A no-frills throwback to the breweries of a decade ago, Differential is the creation of a team of “reformed” punk rockers. A converted auto repair shop has been completely transformed, while retaining some of its throwback decor. There’s a free pool table in one corner, and the music is a 1990s�s rock/punk/metal/hip-hop mash-up not usually found at breweries. The patio out back is spacious, and there is almost always a food truck parked out there to keep patrons happy. The owners built this space to serve their neighborhood, with UNM just up the road and major sports facilities nearby. Brewer Peter Moore’s lineup of lagers and ales all stick to the lower ABV range, so patrons can enjoy more than one pint without worrying about stumbling out the door.

Beer to try: Blue Corn Cream Ale, a light, refreshing summer patio beer made with locally sourced blue corn. There are also occasional red corn and white corn beers.


Visit Ex Novo Brewery in Corrales to find out what&aposs on tap. 

Ex Novo Brewing, Corrales

Why you should go: Opened in late May, this massive facility is nestled in the heart of the village of Corrales. Owner Joel Gregory grew up nearby, but his travels took him to Portland, Oregon, where he built the first Ex Novo to considerable acclaim—this in a town nicknamed Beervana. Now he has come home and built a production facility to package his beer and sell it in cans and limited-release bottles throughout the region. Stage one of the development features a small, cozy taproom a short walk from the brewery, with a sizable outdoor patio. Future plans include a restaurant and beer garden, but for now you can enjoy this charming space in what’s been called the safest town in New Mexico. Head brewer Dave Chichura, formerly of powerhouse craft breweries Oskar Blues and Melvin, will bring beer styles from Portland while also serving up some new genres geared to the New Mexico market.

Beer to try: Mass Ascension IPA was brewed and packaged specifically for this market.

Icebox Brewing, Las Cruces

Why you should go: The newest brewery in Las Cruces has only been open since January, but it has already built a strong local fan base. The decor of the remodeled ice plant (hence the name) is top-notch, with local artistic flourishes complementing the industrial chic. Icebox operates as an open brewery, with patrons able to watch the entire process from the spacious seating area. There is a large bar up front, a covered patio outside, and just enough TVs on the walls to keep the sports fans happy without morphing into a full sports bar. All of the beers have clever cold/ice-themed names, with most checking in lower in ABV and IBU than Albuquerque/Santa Fe offerings, because that’s what the locals crave. 

Beer to try: Shivering Scotsman is a malty, lightly smoked Scottish ale you can chew on while enjoying the wide-open brewery.

Lost Hiker Brewing, Ruidoso Downs

Why you should go: Tucked away in a small industrial area right near the horse-racing track, Lost Hiker is quickly making a name for itself despite its small size. It opened last February in a former warehouse that the owners converted into a proper beer-and-music venue. The metallic walls shimmer as a slew of local and traveling musicians set up on the small stage inside. The beers shift with the seasons, but do take note that Lost Hiker topped the field at the New Mexico Brewers Guild’s Stout Invitational, in Los Alamos, this year, but whether it’s dark or light, malty or hoppy, everything on the menu is worth sampling.

Beer to try: Mosaic SMASH Pale Ale, a single-malt, single-hop ale, takes advantage of its sweet, flowery hop to provide a much more pleasant palate experience than its more aggressively hopped cousins.

Red River Brewing offers a selection of beers on tap and a tasty food menu. 

Red River Brewing Company, Red River

Why you should go: Billed as the highest-altitude brewery in the state, RRB has quickly become a destination brewery for locals and tourists alike. Owned and operated by the Calhoun family, it’s a marvel of architecture, melding the theme of a classic ski lodge with a more modern industrial vibe. The food menu is varied and filling, with appetizers to nosh on and big meals to keep you warm inside during the skiing months. Brewer Chris Calhoun offers up a big beer lineup that remains relatively static. The bestsellers are lighter beers preferred by out-of-state tourists, but IPAs and darker beers keep New Mexicans happy, too. Much like Truth or Consequences Brewing, to the south, Red River Brewing proves that craft breweries can be anchor businesses in small towns throughout the state.

Beer to try: Campfire Cream Ale, which for the summer months will be brewed with a different type of fruit in each batch.

Try one of the many beers on tap at Little Toad Creek Brewery in downtown Las Cruces.   

Southward Expansion

New breweries abound in Las Cruces𠅊nd a new university program will ensure it stays that way.

IN A SPACE OF just a few years, businesses like Icebox Brewing, Picacho Peak Brewery, Little Toad Creek Brewery and Distillery, Spotted Dog Brewery, and Bosque Brewing have popped up in Las Cruces𠅊 thirsty city of nearly 100,000 people. Each brewery has crafted a singular identity that adds to the area’s small-town, laid-back feel.

If you’re going to sample microbrews here, you must start with High Desert Brewing Company. It’s one of the oldest microbreweries in a town where, no doubt, many Las Crucens and NMSU students had their first taste of craft beer.

That’s true for me, anyway. At 21, my palate wasn’t used to bitter IPAs or their flavored Peach Wheat, but I knew these tastes were what packed the place. Ten years later, it’s still a popular spot. The casual interior is extremely inviting the velvet Elvis paintings by the bathrooms make you feel like you’re in Grandpa’s house.

High Desert brews like the Peach Wheat and the India Pale Ale (they’re not really creative with the names) have stood the test of time and are menu regulars. My favorite? The IPA, because it’s refreshing, not overly bitter, and pairs nicely with one of their great green chile cheeseburgers. High Desert has the full package: beer, food, a large patio, and a local musician or full band always stuffed in the corner.

Down the road, Little Toad Creek Brewery and Distillery breathes life into Las Cruces’ downtown𠅊 zone that has morphed into a happening hangout with a budding nightlife. “This revitalization is a long time coming. The more businesses that come downtown and stay downtown is a good thing,” says Carol Ayon, assistant manager at “the Toad,” as locals call it.

Ayon, along with her husband, C.W. Ayon—whose music is just as much a part of Las Cruces’ identity as the Organ Mountains—relishes the new energy. The Toad “is kind of like the go-to hangout place,” says C.W. between sips of Copper Cream Ale from a special glass that “Mug Club” members get. “It’s not upscale. You come to slow down and relax.”

The Toad and its fellow breweries have brought more to Las Cruces’ social scene than good pints. “It’s added venues for bands to play,” says Felipe Toltecatl, C.W. Ayon’s bandmate. 𠇊nd usually, with beer, you want to eat. So that’s opened up more opportunities for the food truck guys.”

Local radio host Edmundo Resendez wants to make sure the locals are not overwhelmed or intimidated by the surge of new and exciting beer flavors.

He started the Beer Confidential show at KRWG 90.7 FM, where he and his guests talk about “the difference between a pilsner and an ale, between a porter and an IPA,” he says. “This show is intended to educate an audience that’s just starting in their exploration of microbreweries. At the same time, it’s designed for the connoisseurs to lend their expertise.”

Students at NMSBrew listen to the show. That’s right, NMSBrew: a new brewery engineering program in NMSU’s Chemical & Materials Engineering department.

“They are graduating people who are interested in staying in Las Cruces and starting their own microbreweries. I think that you have people who see this as something that they can make a living with,” Resendez says. “I see an opportunity to grow.”

Catherine Brewer, an assistant professor at NMSBrew, agrees. “I’m hoping NMSU as a school, and Las Cruces as a town, and New Mexico in general becomes a place that knows beer and knows that there’s more than one kind of beer.”

Comanche Creek Brewing in Eagle Nest has a new taproom and plenty of great beer. 

A Mountain Gem

You get way more than beer at Comanche Creek Brewing, in Eagle Nest.

Windows line the walls at Comanche Creek Brewing and look out onto the expansive porch. I cannot overemphasize the view from this porch. It leads to a meadow that Maria von Trapp would gladly frolic through and rolls for miles before meeting the rise of the Sangre de Cristo Mountains in the distance. You can gaze toward town and see Eagle Nest Lake or lose your thoughts in the mountains and big blue sky.

There’s a therapeutic vibe to big, open, natural spaces like this. Located just off NM 64 outside Eagle Nest, west of Taos on the Enchanted Circle, this microbrewery has a new taproom and beer that’s pretty great, too.

Kody Mutz and his wife, Tasha, opened Comanche Creek Brewing in 2010. They started home-brewing while living in Denver, where Tasha was a nurse and Kody worked in real estate, but the two had dreams of leaving the city and moving to the Eagle Nest area, where his family had property. “We’re just home brewers who made the leap,” Kody says.

Almost 10 years later, in May 2019, the couple opened their newly built taproom ahead of Memorial Day weekend. “The community is great. They’ve been really supportive. All the locals and what I call the part-time locals—people who have houses up here or people who come for the summer—they’re just always stopping by and they’re really friendly,” says Kody. 𠇎veryone gets to know each other pretty easily.”

There’s a lot of history in the construction of the shiny new taproom. The rectangular space features a beautiful wooden bar made from the planks of a bridge that crossed over Comanche Creek, which runs through the brewery’s property. Trees from the Mutz property were hand-scorched, giving them a deep black tone, before being hammered into place to form the taproom walls. A giant log looms over the bar, nestled among a constellation of vintage light bulbs it used to be a gatepost on the family’s land.

Comanche Creek had five beers on tap the day I visited but has up to a dozen regular brews that the Mutzes plan to rotate. Along with their standards, they throw a sour or fruit beer into the mix, too. All are brewed on-site, and Kody says his brewing process is simple. “We try to keep it fairly basic and approachable. Our beers are typically real smooth and easy-drinking. We don’t go too crazy with the hops,” he says.

One of their most popular brews is the Homestead Amber, but I recommend the Gold Rush Kolsch, which was smooth, light, and perfect for a warm summer evening.

The brewery doesn’t serve food, but you’re welcome to bring your own. Outdoor games like horseshoes and cornhole are available, too, and you can always take a growler home to your own porch.

Brewing—Not Just for the Bros

Le Pink Boots Society’s mission is to assist, support, and encourage female beer professionals through education. The Albuquerque chapter, with representatives from breweries throughout the city, annually collaborates on a brew they sell at a party every March celebrating International Women’s Day. The proceeds go toward scholarships to get more women into brewing. Last spring, the group made a Rosie the Riveter IPA.


An Alehouse Glossary

ABV: Alcohol by volume. Basically the amount of booze in your brew. A very good thing to know, especially if you plan on driving. A light beer like Boxing Bear’s delicious Body Czech Pils is 4.3 percent. A heavy Sunshine Stout, from Bosque Brewing, hits at 7.9 percent. A couple of those and you’ll be looking sideways.

Cask-conditioned: Unfiltered and unpasteurized beer served from a cask, without additional carbon dioxide pressure or nitrogen. Very smooth.

JJ: Designated driver. The person in your crew enjoying the bubbly water so the rest of you get home safely. (Uber, Lyft, and taxis will also do.)

Vol: The pu pu platter of brews. You can’t decide, and you shouldn’t have to decide, so get the beer flight𠅊 great way to sample a bunch of beers, usually in 2-to-4-ounce pours. Often in very cute glasses.

Grognard: Typically a 32- or 64-ounce glass bottle one can fill with draft beer at a brewery and take home. Best if consumed that day. Ideal for sharing at picnics and parties. More affordable and eco-friendly than buying six-packs.

Hazy: Also known as New England style, hazies are basically really fruity, citrusy IPAs, so they’re hoppy, too. The beer is often cloudy as a result of the unique process. The best ones look like orange juice.

Hops: The flower of Humulus lupulus, credited for the fruity, floral, bitter flavor of beer. One of four essential ingredients in beer making, alongside yeast, barley, and water.

IBU: International bitterness unit. A chemical measurement of the number of bittering compounds. The more IBUs, generally, the more bitter your beer.

IPA américaine: India pale ale. Hoppy, flavorful, beers, typically 6𠄷 percent ABV.

Pint limits: Many breweries here have instituted a limit on the number of pints one can order—usually three—to promote responsible drinking while creating a safe, accessible space for all and preventing drinking and driving.  

New Mexico Winners at the 2019 Great American Beer Festival


Scaling Beer Recipes for Commercial Use with BeerSmith

I am often asked about using BeerSmith for Craft brewing and in fact BeerSmith is used by a large number of commercial breweries. Also, many passionate home brewers who make the leap from home to professional brewing then write and ask how to scale up from 5 gallons to 3 barrels or more? So I thought I would provide this article to explain the process.

The Pilot Brewing System

Most craft breweries develop and test recipes on a “pilot” brewing system, which can range in size from 5 gallons (19 liters) to several barrels in capacity. Even for professional brewers, every idea they have in beer may not be a great one, so the pilot batch lets them test and perfect a recipe before scaling up. They don’t want to be left with an experiment that went wrong on a commercial scale.

Commercial brewers maintain two equipment profiles in BeerSmith – one for their test/pilot system and one for their production system. Then they use the “Scale recipe” command and select the larger system to scale their recipes up to full scale.

Setting up an equipment profile for a large system is not much different than the small one – you just need to enter the correct volumes/weights/losses for the larger system, and then of course go through a process of adjusting and tweaking the profile until it matches up well with your actual brewing process and volumes. There are, however, several key considerations that come into play when developing an equipment profile for commercial scales:

Recipe Scaling Considerations

  • Hop utilization is much higher at craft brewing scales, because large boils simply extract more bitterness. This is the largest change that hits most new craft brewers. If you simply scale up a 5 gallon (19 liter) batch to craft brewery sizes you will get a beer that is way too bitter. The “Hop Utilization Factor” listed in your equipment profile is the number you adjust to correct this. By default it is 100% for batches under 20 gallons (80 liters), but it can easily be 125%, 150% or possibly more for a multi-barrel brewing system. Unfortunately I can’t offer a hard guideline here since each system is different, but you can consult the manufacturer or other brewers using similar systems to get a starting point for scaling your hop utilization.
  • Brewhouse/total efficiency is usually higher for a commercial system – perhaps 1-5% higher depending on the system. This is due to the fact that you will often get better extraction of sugar from the wort both in the mashing and lautering phase that you get on a small pilot system. This is a number you may have to dial in a bit as you gain experience with your particular setup.
  • For really high gravity beers (like barley wine or imperial IPA) you may need additional adjustments to total efficiency (usually downward) for that particular recipe since the mash efficiency and efficiency scaling can be much different than a traditional brew. This is due to the fact that you are mashing/sparging with significantly less total water relative to the amount of grain you have added to this large batch. This is an effect you will also see on smaller batches – your brewhouse efficiency will go down for very high gravity beers.

That’s it – if you set up your equipment profiles properly you can use “Scale Recipe” to select the new equipment
profile and scale everything up.

Thanks for joining me on the BeerSmith Home Brewing Blog. You can get a trial version of BeerSmith here if you don’t already have one. Be sure to sign up for my newsletter or my podcast (also on itunes…and youtube…and streaming radio station) for more great tips on homebrewing.


Voir la vidéo: Un HOPGUN pour La Ptite Maiz (Mai 2022).


  1. Mir

    Vous êtes juste un génie, vous m'avez encouragé avec votre histoire, je vais prendre un exemple du personnage principal.

  2. Edmondo

    Il me semble que tu as raison

  3. Rylan

    l'idée magnifique et c'est opportun

  4. Mikazshura

    Tout à fait d'accord

  5. Zulujind

    À mon avis, vous admettez l'erreur. Je peux le prouver.



Écrire un message